Levée de fonds : pitcher c’est bien, convaincre c’est mieux ! 1

Levée de fonds : pitcher c’est bien, convaincre c’est mieux

Vous avez l’idée du siècle, vous avez trouvé toutes les compétences nécessaires via vos associés, vous avez lancé la machine : vous êtes une start up !

Arrive maintenant la phase cruciale pour la quasi-totalité des startups : la levée de fonds !

Car pour développer votre activité et en faire votre business, vous devez au préalable avoir des fonds (comme le disais un de mes profs : « earning is an opinion… Cash is a fact !)

La levée de fonds se compare souvent à un marathon : nécessite une bonne préparation, du temps car bien chronophage et des nerfs solides pour pas abandonner en cours de route.

Si votre « executive summary » est plutôt bien fait et a su attirer l’attention d’un ou plusieurs investisseurs, il vous faudra maintenant pratiquer l’exercice du « Pitch » ou encore en bon français « la présentation orale ».

Et ce n’est pas toujours évident, mieux vaut se préparer à l’avance même si on pense connaître son projet par cœur !

Tout d’abord il faut absolument connaitre son auditoire pour pouvoir adapter votre discours aux interlocuteurs, faute de quoi, ils ne vont pas accrocher. Posez vous les bonnes questions (quel est le profil de l’interlocuteur (banquier, financier, ingénieur, etc.) ?), quelles sont ses attentes ?, quelles sont ses passions, qu’allez vous lui apporter ? etc.)

Ne vous contentez pas de lui affirmer que vous allez lui faire gagner de l’argent.

Ensuite, bien évaluer la durée de votre pitch ! Ni trop long, ni trop court mais assez pour accrocher et donner envie à votre interlocuteur d’en savoir plus sur vous. En moyenne, un pitch ne doit pas dépasser les 10 minutes.

Pour cela, prenez votre pitch de base et retravaillez le pour le synthétiser au maximum tout en gardant les informations les plus importantes et percutantes !

Et oui, ça prend du temps d’écrire votre pitch mais ça prend parfois plus de temps de le synthétiser 😉

Dès la première slide vous devez attirer l’attention de votre interlocuteur donc choisissez bien vos « armes ».

Puis entrainez-vous un maximum à voix haute, devant vos amis, vos associés ou le miroir. Le débit de mot par minute est très important. Il ne faut pas endormir l’investisseur mais attention à ne pas aller trop vite et le perdre non plus. Recommencer plusieurs fois l’exercice avant de trouver votre rythme.

Finalement, les qualités et les expériences du ou des fondateurs, la cohésion d’équipe, l’organisation interne de votre startup sont autant de critères tout aussi importants que le projet lui-même !

L’investisseur n’hésitera pas à vouloir tester votre équipe pour voir s’ils sont aussi enthousiastes que vous ou pour voir si l’équipe est bien structurée.

Un bon projet c’est bien mais c’est avant tout l’équipe qui va devoir le réaliser qui doit être solide.

L’écosystème entrepreneurial français a énormément d’atouts pour permettre l’éclosion de nouvelles startups. La culture du pitch et des levées de fonds font désormais partie du quotidien de l’économie française.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prenez RDV